You are currently viewing Auchan et ses collaborateurs sénégalais ne doivent pas être nos ennemis ! 🇸🇳🇸🇳

Avant tout je manifeste toute ma solidarité auprès des familles des victimes. Ce sont des vies qui sont arrachées à des familles.

Je manifeste aussi tout mon soutien envers les grandes surfaces (Auchan, Carrefour Market, Supeco ) et leurs milliers de collaborateurs affectés par ces actes (destruction et pillage) qui ne reflètent en aucun cas le Sénégal dans sa diversité.

Mon sentiment en tant que citoyen sénégalais qui a son mot à dire comme ceux qui manifestent pacifiquement dans la rue !

L’éclatement des manifestions dans le territoire sénégalais, particulièrement dans la région de Dakar est avant tout une lutte pour la démocratie, la liberté d’expression et la justice pour tous. C’est un combat légitime et je manifeste tout mon soutien à mon peuple🇸🇳🇸🇳🇸🇳, tout dénonçant avec fermeté les pillages des supermarchés.

Mon point de vue sur certains discours tenus dans les réseaux sociaux et la presse depuis la crise !

Ne nous voilons pas la face. Les problèmes de notre pays sont internes avant d’être externes. On ne soulève jamais les vraies questions des inégalités. Combien de cadres cumulent des emplois ? Et s’ils laissaient plus de place à la jeunesse pour plus d’équité et de bon sens ?  Combien de diplômés traînent dans les rues de Dakar ou sont retourné dans leur village ? Combien d’étudiants sont sacrifiés ? Combien de politiciens sont devenus des milliardaires en quelques années ? Combien de chefs d’entreprises paient correctement leurs impôts ? Combien d’entre eux se réfugient derrière le gouvernement pour avoir des allègements fiscaux ?

Malick MBOUP

La liste est longue ! Très longue même !

« Je ne généralise pas il y’a toujours des citoyens qui ont sacrifiés leur vie pour l’intérêt collectif. Il ne doit plus y’avoir de sujets tabous dans notre société si ces derniers constituent des handicaps pour le développement »

Malick MBOUP

Je suis contre toutes formes d’exploitations mais j’empêcherai jamais de voir mon frère ou ma sœur travailler pour gagner dignement sa vie !

J’ai fait le choix de faire cette publication car je pense comme tous les manifestants que la liberté d’expression est fondamentale dans la vie démocratique de notre pays🇸🇳🇸🇳🇸🇳. C’est un devoir citoyen de sensibiliser le peuple sénégalais sur un sujet nouveau dans le débat public et très instrumentalisé à des fins politiques ou idéologiques.

Je ne cherche pas à vous faire croire tout ce que j’écris mais plutôt de vous donner la possibilité de vous faire votre propre opinion.

Le mot « mes frères et sœurs n’a pas de frontière géographique dans ma philosophie. J’adresse ce soutien à toutes les communautés qui vivent au Sénégal.

Malick MBOUP

On doit soutenir nos frères et sœurs qui nous rendent des services dans les supermarchés : ceux ou celles (caissiers, porteurs, rayonnistes, fournisseurs,…) qui nous aident à porter nos courses et nous guident dans nos choix d’achat avec le sourire !

N’oublions pas que ces frères et sœurs ont fait des sacrifices durant la période de la covid-19 en risquant leur vie pour être là pour nous !

Ils méritent le respect et toute notre reconnaissance.

Le peuple sénégalais n’a jamais été un peuple qui ferme ses yeux face à l’injustice !

Quelques précisions par rapport à la grande distribution !

Je pense que c’est très facile de se limiter derrière le concept de néo-colonialisme pour s’acharner sur Auchan ou Carrefour. Ce sont des entreprises privés.  

On doit avoir l’honnêteté de le dire : la réalité est que Auchan n’est pas venu au Sénégal pour pallier la faillite de l’Etat. Il ne faut pas essayer de donner du contenu économique à un combat politique qui est le fruit de l’échec de nos dirigeants.

Malick MBOUP

Les mots ont leur sens et je pense « qu’on ne nourrit pas son collaborateur (c’est très péjoratif) mais on le rémunère pour son travail et ses sacrifices ». De la même manière, ce collaborateur apporte de la valeur ajoutée à l’entreprise et à ses dirigeants.

Je pense fortement qu’une grande surface ne s’implante pas dans un État mais dans des collectivités locales. Ces dernières seront toujours en mesure de communiquer sur les bienfaits de leur politique RSE à l’échelle locale.

C’est très triste de le dire mais la réalité est que l’Etat du Sénégal n’a aucune ambition politique pour le secteur de la grande distribution et c’est très problématique.

En 2019, j’ai fait le choix de m’intéresser sur le développement de la grande distribution au Sénégal. J’avais travaillé et économisé de l’argent pendant des mois pour financer mes travaux de terrain. J’étais, avec des amis étudiants de Dakar, dans les marchés, boutiques de quartier, supermarchés Auchan et le long des axes routiers pour faire des enquêtes, des entretiens et des observations de terrain. J’avais aussi rencontré des membres du FRAPP et de YEN A MARRE. J’avais privilégié ces acteurs du terrain pour être au plus près des réalités.

Entretien avec un salarié de Auchan dans un de ses supermarchés à Dakar en 2019

Je vous partage partialement une partie de ce travail.

Je ne suis pas parfait dans mes analyses mais je pense objectivement que :

Les métiers de la grande distribution dans leur diversité n’ont jamais été une priorité politique des pouvoirs dans leurs programmes d’enseignement et de formation. C’est ainsi que les enseignes rencontrent des obstacles majeurs en matière de ressources humaines : problèmes de formation adéquate au marché de la grande distribution (métiers de la boucherie, gestion des produits frais, etc.). S’ajoute aussi l’absence de formation des partenaires économiques comme les producteurs qui ont toujours des difficultés de livraison mais aussi de stockage et de conservation de leurs récoltes. Dans ces domaines, des investissements additionnels sont toujours nécessaires pour permettre à l’entreprise de faire face à la demande de ses clients.

C’est dans ce contexte que Auchan a développé, en partenariat avec des écoles sénégalaises, des formations dans les métiers du management et de la boucherie, par exemple, pour permettre aux jeunes de découvrir les métiers de la grande distribution, mais aussi d’avoir une qualification professionnelle en dehors des expériences accumulées dans l’informel. Ces derniers ont pu avoir un métier et une insertion professionnelle. Un de ces jeunes avec qui j’avais fait un entretien était devenu directeur de supermarché. Au-delà de ces opportunités professionnelles, la présence des supermarchés Auchan dans les différentes communes de Dakar a entraîné le développement de la sous-traitance de certaines activités. Le secteur du transport avec ces grandes difficultés liées aux embouteillages trouve son compte devant les supermarchés. En effet, les chauffeurs de taxi s’organisent devant ces supermarchés pour transporter les clients à la sortie de leur course. Cette nouvelle opportunité, permettant de ne pas faire le tour des quartiers pour avoir des clients et de consommer moins de carburant tout en limitant leur impact de rejet en CO2, connaît un essor très important et bénéfique pour ces  « taximen ». Par exemple, à Sacré-Cœur, les chauffeurs de taxi ont créé un petit garage d’une trentaine de membres.

La grande distribution et son effet d’entraînement dans l’économie nationale ?

Le développement des supermarchés a remodelé la structure de la distribution et à moderniser l’architecture de l’appareil commercial urbain du Sénégal, de Dakar en particulier. Cette dynamique est aussi à l’origine de l’essor des enseignes nationales comme les Low Price de EDK ou le groupe Senchan. Pour le consommateur et le producteur, cette démocratisation du commerce est une aubaine car il retrouve une liberté de choix. 

L’essor du commerce en ligne, le drive, la livraison à domicile : tous ces secteurs sont liés à la grande distribution. Ce sont des milliers de jeunes et de femmes qui s’y trouvent.

Evidement tout n’est pas parfait et beaucoup de choses comme les conditions de travail et de rémunération des collaborateurs sont à améliorer. Ce sont des sujets légitimes et sur lesquels on doit s’intéresser d’avantage et les plus placés pour en parler ce sont ces collaborateurs eux-mêmes. Je ne dirais pas que la politique de Auchan et de celle des entreprises étrangères au Sénégal sont parfaites, elles ont beaucoup d’efforts à faire. Je pense que la situation actuelle servira de leçons à tous les acteurs privés et publics et aux pouvoirs politiques d’adopter un nouveau paradigme plus social, plus transparent, plus territorialisé et plus inclusif.

J’ai juste un mot à dire à tous ces frères et sœurs (que vous soyez sénégalais, Français, Maliens, Gambiens ou Guinéens) qui travaillent dans la grande distribution, particulièrement chez auchan.sn :

NIO FAR !

Cet article a 11 commentaires

  1. Rawane

    Très bon texte. Les maux de notre société sont profonds et très historiques. Nos gouvernements sont calé sur un modèle d’une territorialité extravertie. Ce qu’on appelle le « paradoxe géographique ». C’est dire que toute entreprise qui prend la décision de s’implanter dans nos territoire d’avant avant tout se socialiser. Elle doit épouser le langage, la culture, la marque… en un mot l’identité de nos espace de vie. Si aujourd’hui des sénégalais sont actionnaire dans des entreprises telles que Auchan, il doivent les acclimater juste de par leurs noms, afin d’enlever toute connotation coloniale ou impériale. Le mal de nos pays est profond et reste enterrer dans les archives de nos territoires.
    Tout compte fait, Je Prie Alllah que le calme dans la démocratie règne dans notre cher Sounougaal

    1. Malick Mboup

      Cher collègue doctorant Rawane,
      On ne peut pas dire que Auchan ne s’est pas socialiser à la culture sénégalaise. J’ai fait une immersion de recherche dans leurs enseignes pendant un un mois et c’est totalement le contraire que j’ai vue. Concernant les actionnaires dont tu parles, je préfère pas m’avancer sur cette supposition.
      Tu as parfaitement raison le mal de notre pays est profond et c’est notre responsabilité. Nous devons l’assumer avec beaucoup d’objectivité et ne pas chercher une porte de sortie facile.

  2. Khaly diop

    Merci beaucoup monsieur Mboup je partage votre idée et l’analyse pertinente sur la situation actuelle. Ainsi comme notre combat est le développement durable on doit avoir une autre idée et essayer d’apporter des solutions à ce problème.Merci encore

    1. Malick Mboup

      Effectivement Khali. Le développement durable a toute sa place dans le secteur de la grande distribution et je pense que que c’est démarche qui peut donner un nouveau paradigme.

  3. Abdoulaye DIA

    Analyse pertinente. Un plaisir de te lire, toi et rawane. De bons géographes.

    1. Malick Mboup

      Merci professeur. Nous avons besoins ces encouragements pour bien agir à notre échelle avec beaucoup de recul et d’objectivité. Un grand merci pour avoir participer à ce que nous sommes devenus aujourd’hui.
      C’est un message adressé à tous les professeurs que l’on oublie toujours.

  4. Sall Fatou

    Pertinente analyse!!
    Moi qui s’y connaissait pas trop et qui gobait des dires de toutes, je peux me fixer une réflexion à partir de la vôtre.
    Comme disait Sonko un pays ne peut pas fonctionner sans industries et je pense que l’industrie est le socle de la grande distribution.
    Un pot de Chocolat ne peut être exposé dans un rayon de grande surface juste après la récolte des arachides, il en faut beaucoup et ce sont les bases pour développer ce secteur d’activité.

    1. Malick Mboup

      Merci pour ton analyse Fatou. C’est tout l’intérêt de ma démarche en lançant ce blog et la communication sur les réseaux sociaux. Effectivement je crois que la grande distribution peu être un levier de modernisation de l’espace commercial urbain et des bassins de production agricole, tout en participant à l’accessibilité physique et économique à une alimentation. Évidemment tout ce secteur doit être bien encadré pour protéger les petits commerces.

  5. Dado sarr

    Très pertinent et très convaincant .Bravo et merci pour ce texte très instructif et approfondi .

  6. La situation actuelle du pays est extrêmement regrettable. Franchement, et merci de l’avoir souligné à travers cet article.

    Le pire est qu’elle reste imputable à un État aux aspirations et aux ambitions complètement détachées de celles de son peuple.

    Au-delà de Auchan dont on regrette la destruction massive, c’est une radioscopie des stratégies et interventions de la France en général dans les pays africains qu’il faut établir. Casser brutalement et injustement les investissements d’une entreprise étrangère, ou même nationale, est inacceptable. Nonobstant, il est à craindre qu’à travers Auchan, Carrefour et autres que les manifestants aient visualisé une France impérialiste et continuellement sourde face aux aspirations des jeunes générations.

    1. Malick Mboup

      Merci docteur Sylla pour cette belle intervention et riche en enseignements. Nos politiques ont la responsabilité de mieux définir les orientations de développement interne et nos rapports avec les entreprises étrangères.

Laisser un commentaire